Pages

29.1.13

Caucase, souvenirs de voyage à la Fondation Calouste Gulbenkian

Les tribulations caucasiennes de deux jeunes photographes :


Pauliana Valente Pimentel et Sandra Rocha


Azerbaïdjan # 07, du projet Caucase (2009) © Sandra Rocha, Courtoisie de l’artiste


                              Calouste Gulbenkian, qui entreprit un voyage initiatique au cœur du Caucase en 1889, a été choisit comme point de départ de ces deux jeunes photographes. Elles ont suivi le même chemin que le maître. En ressort une très jolie exposition, où se mélange avec subtilité regards délicats des caucasiens, lieux d’itinérances et d’abandons, déliquescence du quotidien.


A voir, en ce moment à la Fondation Calouste Gulbenkian.
39 boulevard de la Tour-Maubourg
du 15 janvier au 30 mars



Géorgie #06, du projet Caucase (2009) © Sandra Rocha, Courtoisie de l’artiste

Cimetière kurde dans la plaine de l’Ararat. Caucase, Souvenirs de voyage (2009) © Pauliana Valente Pimentel, Courtoisie de l’artiste

Inspiration #12. Lucy McRae et Bart Hess

Lucy McRae et Bart Hess imaginent les corps et les visages humains physiquement métamorphosés avec un réalisme artistique parfois choquant (c) Gallery S.Bensimon

28.1.13

Bruxelles, Roberto Polo Gallery et Jan Vanriet




Bruxelles est en pleine effervescence artistique. Les galeries y pousse comme des champignons, performances et installations se multiplient, et les acteurs de l’Art Contemporains n’en finissent pas de rivaliser d’ingéniosité et de créativité :  Nouveaux  lieux, nouveaux concepts sont l’apanage de cette nouvelle Bruxelles qu’on adore. Bruxelles serait-elle le nouveau centre européen pour l’Art Contemporain ?  
Après une BRAFA  riche et intense, c’est le figaro qui se demande si la capitale ne serait-elle pas le nouvel eldorado pour le marché de l’Art (juste ici : http://tinyurl.com/af3bf9k ) On ne saurait le contredire.

Mais outre les avantages fiscaux, on y reviendra pas, il y a qu’aussi les galeries s’y échauffent. La toute dernière en vue s’appelle la Roberto Polo Gallery.
Ouverte  le 22 novembre 2012, on y pointe déjà du doigt sa première exposition (hommage) à un des artistes belges les plus éminents Jan Vanriet.
Closes Doors, qui a débuté en novembre dernier et s’achèvera le 03 mars 2013, est une immersion, sur trois étages, à volet clos dans la peinture narrative de cet artiste contemporain belge. Qualifiée de sombre, mélancolique, sa peinture fait l’échos aux interrogations de l’artiste sur la profondeur du monde, et sur la superficialité. Pour cela Jan Vanriet utilise la perspective comme outils et repère narratif, ainsi que l’image de reflet pour paraphraser à la redondance de la vie. En ressort, une réalité fragile, intemporelle…


ROBERTO POLO GALLERY
RUE LEBEAU 8–10 LEBEAUSTRAAT
1000 BRUXELLES – BRUSSEL – BELGIUM
+32_(0) 250256 50

The exercice


Chorus
Home Coming
Minnor man


Inspiration #12 - La venus metallique de Jeff Koons

Jeff Koons
JEFF KOONS

06.10 — 15.11.12
BRUSSELS

Metallic Venus, 2010 - 2012
high chromium stainless steel with transparent color coating and live flowering plants, 254 x 132,08 x 101,6 cm


25.1.13

Inspiration #11 - Inez & Vinoodh

Yohji Yamamoto - Fall/Winter 1998 | Inez van Lamsweerde & Vinoodh Matadin

VV #2 // Vidéo du jour. Zach Gold Milk


Zach Gold  -  Milk





 Diffusé lors de la foire d' Art contemporain Art Basel Miami de 2009, ce film est une collaboration avec la compagnie de dance Gallim Dance et le chorégraphe Andrea Miller.

VV #1 Vidéo du jour.Pollen from Hazelnut par Wolfgang Laib





                                    

Wolfgang Laib Pollen from Hazelnut

Voici les drôles d'installations de Wolfgang Laib constitués en majorité de Pollen.
Du 23 janvier au 11 Mars, le MoMA acceuillera  une nouvelle installation de pollen de l’artiste allemande.

23.1.13

Inspiration #10 // I would like to understand

Pekka Jylhä
I would like to understand


diamètre 230 cm
lièvres naturalisés, lumière
GVQ - Galerie Vanessa Quang


Entre Vanités et Design: les créations de Joep Van Lieshout


Blastfurnace 2012 Bronze, Aluminium, Light Fitting


Du 19 janvier au 27 avril 2013 à la Carpenters Workshop Gallery parisienne venez découvrir les sculptures design de l’Atelier de Joep Van Lieshout fondé en 1995 :

Aperçu des travaux hybrides du créateur :

FOSSIL TWOSOME, 2009, Fibreglass, Synthetic Fur


TREE TABLE LAMP, 2009, Bronze

FAMILY LAMP, 2007, wood


PAPPA MAMMA LAMP, 2009, Nylon Resin


22.1.13

La femme noire américaine dévisagée par Mickalene Thomas

La leçon d’amour, 2008, C-print, 47 ½ x 59 inches. Courtesy of the artist and Lehmann Maupin Gallery.
                                   L’exposition «  Origin of the Universe » consacrée au travail de Mickalene Thomas va prendre fin à la fin du mois de Janvier 2013 au Brooklyn Museum. L’artiste qui travaille sur l’image de la femme noire interroge sa place dans la société américaine. Inspirée par les peintures d’Edward Manet, ou celles d’Henri Matisse, elle saisi le spectateur dans un univers de spectacle métissé. Le pouvoir est interrogé et celui de la femme imposé (en témoigne le portrait de Michelle Obama). On pourrait s’arrêter à l’explosion de couleurs et aux regards effrontés des femmes pleines d’assurance mais il faudra aller plus loin pour découvrir la profondeur du travail de Mickalene Thomas.
D’abord, il s’agit de sensualité et l’on est piqué lorsque l’on découvre cela. De la sensualité à toute épreuve de femmes qui ont ici des dandys contemporains séductrices. Les corps sont échappés du travail et féru de liberté. Tout ceci se passe dans la plus grande réalité du quotidien des femmes : tapisseries florales, impressions végétales et tissus ensoleillés proposent une plongée rayonnante et constitue la trame de fond d’un patchwork d’histoires  très Seventies.




Michelle Obama Portrait par Mickalene Thomas- Courtesy National Gallery




Mickalene Thomas (American, b. 1971). Din, une très belle négresse




Mickalene Thomas (American, b.1971), Qusuquzah Standing Sideways, 2012 © Mickalene Thomas, Lehmann Maupin Gallery, Photo: Christopher Burke Studio.

Inspiration #9 Thomas Mailaender

Thomas Mailaender “Hamburger”, C-print in mapplewood frame 160 x 120 cm,
edition of 5ex

21.1.13

Inspiration & Hommage à Andrée Putman

Andrée Putman, salle de bains de l’hôtel Morgans, 1984. Damier de grès cérame de 10 × 10 cm, vasques en métal.

Courtesy Hôtel de Ville de Paris © photo Deidi Von Schaewen.ti

La collection autobiographique d'Harold Greenberg



Dave Heath, Vengeful Sister, Chicago, 1956 © Howard Greenberg Gallery



          Du 16 janvier au 21 avril, la Fondation Henri – Cartier Bresson expose la collection privée de photographies argentiques d’Howard Greenberg. Une collection d’érudit, méticuleuse qui s’est installé années après années. C’est sans un sous que ce jeune galeriste New-yorkais déniche sa première photographie : Un cliché bien senti de Karl Struss.
Il se passionne pour l’objet photographique. Pris au jeu, Harold sait qu’il est un collectionneur dans l’âme. Ainsi, l’exposition retrace 30 ans de recherches et de passions, regroupant des petits trésors argentiques. Une exposition biographique pour un travail d’horloger.

Fondation
Henri Cartier-Bresson
2, Impasse Lebouis
75014 Paris
Tél : 01 56 80 27 00

Karl Struss, St. Nicholas Ave. South, from 146th Street, circa 1910 
Helen Levitt, courtesy the Estate of Helen Levitt Untitled, circa 1945.


Leon Levinstein (American, 1910-1988), [Close-up Portrait of Man on Street, New York City], c. 1950s, Mary Martin Fund, 1987, 1987.1033, © Courtesy Collection Howard Greenberg

14.1.13

Inspiration #7 Egon Schiele

Egon Schiele

The Featherstonehaughs
Publicity photo
Choreographer Lea Anderson
Dancer Frank Bock
Art Direction Chris Nash/Lea Anderson
Post Production Chris Nash

Les gisants de Jan Fabre à la galerie Daniel Templon

Jan Fabre - Gisant (Elizabeth Crosby), 2012, marbre de Carrare, 270 x 185 x 128 cm


Jan Fabre ne fait pas que du lancer de chats dans les escaliers, il fait aussi des gisants qu’il expose à la galerie Daniel Templon.
Outre cette performance très contestable (on aime pas vraiment, mais cyniquement parlant… c’est drôle), l’artiste de renommé internationale renoue avec une de ses expositions les plus fameuses : Piètas, vu à la Biennale de Venise. Du 28 février au 20 avril 2013, vous aurez l’occasion de voir deux de ses sculptures funéraires, un couple en marbre de Carrare, et des sculptures de cerveaux habités d’insectes et de plantes. Le thème de la vanité repris par Jan s’exécute dans ses règles de l’art : ironie et provocation, mais aussi humour pour les autres.
Un petit rappel du lancer de chat pour ceux qui auraient raté l’expérience :





Sinon pour les autres, aller jeter un œil aux créations morbides de notre ami.

Butterfly on flowers, 2012
Dragonfly on skimmer, 2012



Adresse : Galerie Daniel Templon, 30 rue Beaubourg et Impasse Beaubourg, 75003 Paris 
Horaires : du lundi au samedi de 10h à 19h 

12.1.13

Frank Gehry à la Gagosian Gallery




Récemment hissé au rang de la galerie la plus influente du monde (classement publié dans le magazine Forbes), la Gagosian Gallery exposera du 24 janvier 2013 au 09 mars 2013 les sculptures Fish lamps de l'architecte Frank Gehry. L'exposition circulera consécutivement entre les galeries de Los Angeles et Paris.

Le travail de l'architecte connu pour ses bâtiments aux formes cycloniques et déstructurées s'intéresse ici à la modularité de la forme du molusque. Animal à la non-forme ou comme le dit lui-même Frank Gehry à la forme parfaite « Fish is a perfect form », le poisson est devenu un motif récurrent dans son œuvre. Les lampes présentées à la galerie sont issues d'un deuxième cycle d'étude de l'artiste effectué en 2012.


image © frank gehry
courtesy of the artist and gagosian gallery
photography by josh white
an earlier 1984 version of the fish lamp
image courtesy galerie schmela, dusseldorf

10.1.13

Inspiration #6 Haroshi


Haroshi
Foot With Invisible Shoe 2, 2012
Ued Skateboards
23x12x28 in
59,9 x 30,5 x 71,1 cm

9.1.13

Le Spleen scandinave selon le photographe Louis Heilbronn

Louis Heilbronn - Louise, Jacksonville / 2012 / 60 x 75 cm / Ed. of 5



Première exposition du jeune photographe new-yorkais Louis Heilbronn, du 12 Janvier au 23 Février 2013 à la Galerie Polaris, Meet on the surface, est une douce balade à la plastique scandinave. Louis qui a beaucoup voyagé, nous a rapporté les photos d’une Jérusalem nostalgique. Ici, aucune révolte, le quotidien est la force tranquille de l’image. C’est la déliquescence des photos qui nous touche, la pureté de la lumière plate, presque toujours hivernal. Tout est passif mais précieux. Louis, à l’œil du graphiste et le détail profite du temps long pour s’installer.  Somewhere dirait Sofia Coppola mais aucune exactitude sur les lieux car le doute est l’ingrédient essentiel des photos de Louis Heilbronn.



Louis Heilbronn - Orange car top / C-print 2011 / 30 x 37 cm / Edition of 5, unique size
Louis Heilbronn - Jérusalem #12, 2010



GALERIE POLARIS
15, rue des Arquebusiers
75003 Paris

Inspiration (marine) #5 Jason de Caires Taylor

Sculptures marines- créations de Jason de Caires taylor -Silent Evolution-Mexico


Détails de sculptures marines-créations de Jason de Caires taylor-Silent Evolution - Mexico

8.1.13

Tim (Walker) aux pays des merveilles


Tim Walker - Pearlescent Xiao Wen, Shoreditch, London, for Givenchy

     Dans le monde de Tim (pas Burton), mais Walker le photographe, l’étrange est beau et le beau est étrange. Tim Walker ne se cache pas d’aimer tout ce qui est bizarre, dérangeant, difforme. Un peu comme son homonyme, Monsieur Burton avec qui il a d’ailleurs travaillé à plusieurs reprises. La féminité sur laquelle il travaille régulièrement côtoie les plus sombres métaphores shakespeariennes.  Enfant du Vogue US, son travail est exposé à la Somerset House à Londres jusqu’au 27 janvier. Les belles y sont damnées et Alice continue de déambuler dans son pays des merveilles… un peu moins merveilleux. On ne se lasse pas de ce gothique burtonien, terriblement romantique. Les arlequins et arlequines sont des petits démons de l’au-delà narguant et rappelant notre nature de mortel. Tim Walker a fait de la beauté un travail sur la vanité. Si vous n’avez pas l’occasion d’aller voir cette exposition, un livre, également, s’apprête à paraître : Story Teller chez Editions Thames & Hudson.
 

Tim Walker: Story Teller
Supported by Mulberry
18 October 2012 - 27 January 2013
Daily 10.00-18.00
(1 Jan 12.00-18.00)
East Wing Galleries, East Wing

et

Story Teller, par Tim Walker, Editions Thames & Hudson, 256 pages, 60 euros. 



(c) TIM WALKER-KARLIE KLOSS & LUKE FIELDWRIGHT,
LONDON, 2010
BRITISH VOGUE



(c) TIM WALKER - NATHANIEL LYLES & HIS BONE BED,
NORTHAMPTONSHIRE, UK, 2010
CASA VOGUE


GUINEVERE VAN SEENUS,
OXFORDSHIRE, UK, 2011
 
  

© TIM WALKER PICTURES, Juliet Bewicke, horse in house, Eglingham Hall, Northumberland, England, 1998, British Vogue 


(c) TIM WALKER - MICHELLE HARPER,
PARIS, FRANCE, 2012
W MAGAZINE

7.1.13

Inspiration #4 Elvire Bonduelle

Multiple édité par Astérides en 10 exemplaires numérotés et signés dont 2 épreuves d’artiste, cassettes d'occasions et mémoire flash,11,5 x 6,5 x 1,3 cm dans coffret plastique 14 x 3 x 3,5 cm, 2008. En collaboration avec Bertrand Planes.

Sur la cassette, face A : Adieu à DieuNon Non NonLittle Honda (vidéoclips) et face B Pour les prochaines vacancesLa petite vieille la plus gentille du Monde et Les Mains Sales (chansons), l'ensemble par Elvire et Séverin.

L’effervescente installation de Nico Vascellari à la galerie Bugada & Cargnel

 Nico Vascellari- (c) Galerie Bugada & Cargnel

            

L’artiste Nico Vascellari nous offre à la galerie Bugada & Cargnel sa deuxième exposition en France. Jusqu’au 22 février 2013, vous aurez l’occasion de découvrir l’univers mystique de cet artiste italien. Plus qu’une performance, c’est une expérience quasi lynchéenne qui vous attends. On y retrouve ses attraits pour la musique (Nico Vascellari est également chanteur dans un groupe de punk/rock : With Love). Les sons sont lourds, intrusifs, même intuitifs. La lumière est basse, discordante, et énergisante. Chamanique, l’artiste tente de raccorder l’instinct de l’homme avec sa plus profonde nature primitive.  Entre scène underground et expérience transcendantale, le travail de Nico Vascellari s’inscrit sur cette nouvelle scène artistique d’expérimentations où l’on retrouve de Cyprien Gaillard à Nick Devereux.


Installation - Nico Vascellari- (c) Galerie Bugada & Cargnel




Installation - Nico Vascellari- (c) Galerie Bugada & Cargnel



Installation - Nico Vascellari- (c) Galerie Bugada & Cargnel